L’importance des entreprises familiales dans l’économie



Que cela soit au Maroc, en France, aux Etats-Unis ou partout ailleurs dans le monde; les entreprises familiales constituent un tissu avoisinant les 80% des firmes représentatives. Au Maroc particulièrement, en dépit des besoins de la recherche sur l’entreprise familiale, les investigations dans ce domaine demeurent très limitées, alors qu’en 2017 selon le Baromètre BDO- ANPME, les entreprises familiales composent plus de 90% du tissu économique marocain et participent, fortement, à la croissance économique en créant 50 % de l’emploi, 20% de valeur ajoutée, 40% de production et 50% d’investissement. L’économie marocaine présente une sous-capitalisation, mais avec la prédominance du capital familial.


On note donc l’importance de la recherche à ce niveau pour le Maroc, en tant que pays émergent. De ce fait, la création d’emploi, l’investissement et la production reposent en grande partie sur ce type d’entreprises et la croissance économique n’en est que reconnaissante. Comment expliquer donc ce lien ?


En effet, l’équation est simple: les économies nationales ont pour but ultime de maintenir une stabilité même en cas de crises, et les entreprises familiales permettent une grande performance et une forte résilience face à celles-ci.


Des atouts majeurs expliquent l’endurance des firmes familiales et leur capacité de dépasser moins difficilement les périodes de régression économique. D’abord, leur orientation vers le long terme en accordant plus d’importance à la préservation du capital de la famille, à travers des conduites qui visent le développement de l’entreprise en question, à savoir: une politique de distribution de dividende plus équilibrée ainsi que des stratégies de réinvestissement et de stabilité. Ensuite, la coexistence prédominante de plusieurs générations dans ce type de sociétés et le passage managérial, d’une descendance à l’autre, révèlent un caractère innovant et une fraicheur cadrée.


Finalement, l’existence de liens familiaux n’excluent pas l’intérêt porté à la bonne gouvernance. En effet, le travail en famille promet certains avantages, mais aussi certaines difficultés et requiert une grande maturité, aussi bien de la part des organes de gouvernance que des parties prenantes et notamment de la part des organes de management. Ce type d’entreprise a besoin de plus d’attention…un regard critique de la part des experts, des conseillers et des chercheurs en science de gestion, serait d’un appui majeur dans l’éclat et la performance de ce type d’entreprise auquel notre économie doit beaucoup !

TAKI Ilyass

Analyste, Chercheur

Inscrivez vous à notre newsletter

© 2020 Trusted Magazine (by Trusted Advisors Group)