top of page

Q&R avec Adou Simon, Vice Président du PMI - Côte d'Ivoire

Dernière mise à jour : 25 juil. 2023

Q&R Exclusif de Trusted Magazine avec Adou Simon, Vice Président du PMI - Côte d'Ivoire


Comment pourriez-vous décrire votre cheminement de carrière en quelques mots ?


J’ai suivi une formation d’ingénieur financier et comptable à l’INTEC de Paris. Après mon cursus éducatif, j’ai exercé en tant que Consultant en organisation, ressources humaines et stratégie au Cabinet Deloitte-Côte d’Ivoire en 2008. Ce fut une expérience très enrichissante au cours de laquelle j’ai eu à accompagner des entreprises privées ainsi que des structures étatiques pour la résolution de problématiques d’importance majeures et ce, durant 8 années.


Chemin faisant, je me suis découvert une passion pour la gestion des projets. Ce besoin d’accompagner le développement de mon pays m’a conduit à suivre une formation en gestion des projets à l’université Senghor d’Alexandrie. Le master en gestion des projets de développement en poche, j’ai intégré en 2016 une task force à la CNPS pour mettre en œuvre le régime social des travailleurs indépendants. En effet, près de 90% des travailleurs en Côte d’Ivoire ne bénéficiaient pas de la couverture sociale.


Après une année à ce poste, j’ai tenu à matérialiser mon expertise en gestion de projet au plan national et international. Expertise concrétisée par l’obtention en 2017 du Project Management Professional (PMP), certification de référence en la matière.


Ces compétences et expériences acquises m’ont permis de participer activement à la mise en œuvre du régime social des travailleurs indépendants. J’ai ainsi été désigné pour assurer la fonction de responsable coordination du régime social des travailleurs indépendants. Celui-ci est à ce jour pleinement opérationnel et permettra d’impacter positivement la vie de plus de 7 000 000 d’ivoiriens.


Quel serait l'écueil majeur qui pourrait nuire à la réussite d'un leader ?


Qu’est-ce qu’un leader exactement ? Est-ce tout simplement un bon manager ? Il s’avère qu’être un leader n’est pas une fonction, ni un titre officiel, mais un ensemble de comportements et attitudes charismatiques innées ou acquises, qui, finalement, inspirent et donnent envie à votre entourage de se dépasser.


Le leader est quelqu’un capable de guider, d’influencer et d’inspirer. Un leader ne se contente pas de gérer efficacement les membres d’équipe pour qu’ils accomplissent leurs missions de manière performante, il va bien au-delà de ces fonctions.

En effet, la vraie réussite d’un leader se trouve dans le fait qu’il laisse derrière lui, d’autres hommes inspirés et imprégnés d’une vision, la conviction et la volonté de poursuivre.


De ce fait, pour ma part l’écueil majeur qui pourrait nuire à la réussite d’un leader serait :

  • Ne pas réussir à partager sa vision à ses collaborateurs

La vision est ce qui peut motiver l’entourage du leader et lui donner envie de travailler pour atteindre l’objectif commun. De ce fait, un bon leader doit à la fois aller de l’avant, tout en étant disposé à évoluer personnellement.

Ainsi, un bon leader doit nécessairement partager sa vision. Son absence constituerait dès lors l’échec de son équipe face aux défis dans un environnement compétitif.

  • Ne pas être un acteur de changement

Toute action de leadership peut être source de changement dans l’environnement du leader. Car celui-ci aura pour mission d’innover de façon permanente. Le changement fait peur car il oblige à remettre en question les certitudes d’hier. Ce changement doit donc être accompagné par le leader. Pour ce faire, il devra encourager ses collaborateurs à émettre et tester de nouvelles idées ou initiatives. Ne pas être acteur du changement parait donc être préjudiciable pour le leader.

  • Ne pas être à l’écoute

Un leader doit être à l’écoute de son entourage. Cette capacité est un préalable à toute bonne communication. Elle permettra au leader de connaître ses collaborateurs et donc d’adapter son discours pour un impact optimal, étant donné que la communication est facteur important de conduite du changement. Ne pas être à l’écoute peut être nuisible au leader.



Quelles pratiques managériales considérez vous prioritaires à développer ou à renforcer ?


Manager une équipe ne s’improvise pas. Si l’on souhaite que les projets aboutissent, que ses collaborateurs soient épanouis et donc efficaces, on doit adopter un management en adéquation avec soi-même mais également une gestion des hommes réfléchie et structurée.

Ainsi, tout bon manager doit posséder, et renforcer un certain nombre d'aptitudes s'il souhaite mener son équipe vers la réussite ; ce sont entre autres :

  • Définir clairement les objectifs et partager une feuille de route

Le rôle d’un manager, quelle que soit sa position dans l’organisation, est de créer les conditions qui permettent à la fois le développement des personnes dont il a la responsabilité et l’atteinte des objectifs de l’organisation.

En effet, quel que soit le type de management que vous pratiquez, votre rôle est de piloter les équipes pour favoriser la réalisation des projets. Pour que chaque collaborateur puisse travailler de façon autonome, notamment quand le travail s’organise à distance. Vous devez donc prendre le temps de définir clairement les objectifs qualitatifs et quantitatifs, individuels et collectifs. Plus les objectifs sont clairs, plus vous augmentez les chances de les atteindre.

Pour conduire un projet à son terme, il est essentiel d’en connaître le but et de définir les étapes intermédiaires permettant de l’atteindre dans une feuille de route.

  • Communiquer

Un manager tout comme un chef de projet passe plus de 90% de son temps à communiquer. Cette communication peut être verbale ou écrite. La mise en place d’une communication régulière et maîtrisée fait partie des bonnes pratiques managériales. Par exemple, une réunion hebdomadaire peut certes sembler fastidieuse ; mais elle permet pourtant de faire un bilan sur l’avancée d’un projet, de détecter des tensions dans l’équipe ou d’identifier des difficultés. Il faut donc faire en sorte de planifier des rendez-vous périodiques, qui permettent de rebooster les équipes et de donner l’élan pour le futur.

  • Feedbacks et récompenses

Chaque entreprise, chaque service, chaque équipe est unique. De même, chaque individu l'est tout autant. Il paraît donc essentiel de savoir s'adapter et accorder son style de management à son environnement. C'est la clé du succès. En faisant des feedbacks réguliers aux membres de son équipe sur les chiffres, les résultats, les avancées, les échecs et les succès, le manager parviendra à les impliquer. Par ailleurs, après une période de travail intense, la reconnaissance du travail effectué entretient la motivation et l’engagement.


Veuillez choisir vos préférences pour la langue des articles

Merci pour votre inscription à notre newsletter !

© 2023 Trusted Magazine (by Trusted Advisors Group)

Inscrivez-vous pour recevoir nos articles en avant première

bottom of page