top of page

Q&R avec Sami Beizig

Q&R Exclusif de Trusted Magazine avec Sami Beizig

Comment pourriez-vous décrire votre cheminement de carrière en quelques mots ?


Ma carrière a débuté en 2001 dans le secteur des établissements privés de soins après avoir eu ma maitrise en finance de l’Institut Supérieur de Gestion de Tunis. Au cours des années, j’ai eu plusieurs postes de responsabilités et j’ai participé à plusieurs projets comme la création et l’accompagnement de nouvelles cliniques privées, la mise en place et l’audit de HIS (Health information System) et le pilotage des projets d’audit qualité comme l’ISO 9001 et l’accréditation dans le secteur de la santé. Après une vingtaine d’années d’expérience j’ai intégré le MBA Santé à l’université Paris Dauphine, une formation qui à mon avis participé à consolider et renforcer les acquis en matière de gestion des établissements de santé dont le rôle s’avère très important surtout après avoir été confronté à la pandémie du COVID.

Actuellement, je suis le directeur général de la clinique la Rose, une clinique pluridisciplinaire de 100 lits à Tunis. Je suis fier de faire partie de l’équipe qui a contribué à faire de cette clinique la première clinique accréditée en Tunisie et en Afrique francophone. Clinique la Rose est accréditée par CANADA accréditation niveau Or depuis Mars 2022. Ensemble, nous continuons actuellement à relever plusieurs défis et challenges surtout dans un environnement socio-économique et politique assez difficile et ce afin d’offrir à nos patients la meilleure qualité et sécurité des soins médicaux.



Comment pourriez-vous décrire l’expérience de l’accréditation au sein de votre établissement ?


L’accréditation est l’ensemble de critères à satisfaire pour atteindre un niveau de qualité et sécurité en matière de soins mais aussi en matière de gouvernance et de bonne gestion des ressources matérielles et humaines.

Dès son ouverture en Tunisie en novembre 2017, la clinique a initié son parcours d’amélioration de soins en choisissant de collaborer avec l’un des organismes les plus connus au monde à savoir “ Agrément Canada”. Cet organisme indépendant non gouvernemental fait partie de l’organisation de normes en santé (HSO) et dispose d’environ 1000 experts.

Depuis plus de 60 ans, il travaille avec des structures de santé répartis dans plus de 35 pays dans le monde.

Sa démarche d’Accréditation Canadienne s’articule autour d’un processus qui vise à aider les établissements sanitaires à travers le monde à améliorer la qualité de soins médicaux et à assurer la sécurité des patients en permettant d’atteindre des normes internationales.

Cet Agrément se présente comme un référentiel de normes qui sert à mettre l’accent sur le patient et à orienter les organismes en soulignant et évaluant les axes à revisiter.

Dans ce cadre 16 référentiels ont été appliqués. Ils ont touché tous les aspects de l’entreprise dont la gouvernance, le leadership, la gestion des risques, la prévention et le contrôle des infections, la gestion des médicaments, les services d’urgence, la qualité et sécurité des soins et encore plus de référentiels couvrant plusieurs domaines de travail.

Avec une forte implication et détermination de toute l’équipe médicale, paramédicale, technique et administrative, je suis fier de voir que la clinique a pu atteindre cet objectif qui la classe parmi les meilleures cliniques de la place en peu de temps.



Quelle a été votre expérience la plus difficile et cela a-t-elle changé votre état d'esprit ?


En tant que Directeur Général d’un établissement de santé, être en mesure d’assurer ma mission au cours de la pandémie COVID était parmi les expériences les plus difficiles. A part continuer à garantir les soins pour nos patients et préserver le capital humain de la clinique pendant la pandémie, j’avais deux défis en parallèle : réussir mon MBA santé et réussir l’obtention de l’accréditation canadienne, c’était plusieurs défis et challenges en même temps. Avec le recul, j’avoue qu’il a fallu faire preuve de perspicacité et savoir bien gérer son stress au quotidien pour avoir pu dépasser tout ça.


La crise sanitaire a créé un sentiment de panique chez le personnel de la clinique, mon rôle était de les rassurer que ce soit sur le plan sanitaire mais aussi leur garantir la stabilité et le maintien de leur emploi. Les établissements privés de santé ont perdu plus que 70% de leur chiffre d’affaires pendant la crise sanitaire, j’aurai pu opter à un licenciement de 50% des employés de la clinique comme l’a fait certaines cliniques en Tunisie mais j’ai choisi d’annoncer à mes collaborateurs que nous allons surmonter ça ensemble et préserver notre capital humain mais chacun de nous doit faire des sacrifices pour le bien de tous. Aujourd’hui, je suis plus confiant, plus optimiste et plus déterminé à dépasser les obstacles et relever de nouveaux défis « Ce qui ne me tue pas me rend plus fort ».


Quels sont les facteurs clés de succès les plus importants pour vous en fonction de votre expérience ?


La persévérance, la communication et l’innovation sont les facteurs les plus importants pour moi pour réussir et atteindre les objectifs. Pour atteindre le succès, on passe sans doute par des situations d’échec, de doute et de remise en question mais il faut toujours aller de l’avant et croire en soi. Un bon manager doit avoir de bonnes compétences en communication. Dans mon domaine, je suis amené à rencontrer des patients, leurs parents, des médecins et des partenaires sans oublier mes collaborateurs issus de différents métiers. Bien communiquer c’est aussi savoir écouter et comprendre les besoins des autres.

Le manager doit faire preuve d’innovation aussi et dans mon domaine l’innovation est primordiale pas seulement au niveau de la nouvelle technologie dans le domaine médicale mais aussi dans la mise en place de nouvelles pratiques managériales basées sur le savoir, le savoir faire et le savoir être.

69 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
bottom of page