top of page

Q&R avec Wilfried Amangoua-Lookensey

Q&R Exclusif de Trusted Magazine avec Wilfried Amangoua-Lookensey


Comment pourriez-vous décrire votre cheminement de carrière en quelques mots ?


Le cheminement de ma carrière se résume principalement en trois mots, je dirais Résilience, persévérance, adaptation. Ces trois mots résument parfaitement ma carrière à mon sens ! De la téléphonie à la banque en passant par les mines, secteur dans lequel j’évolue actuellement. La pluralité de mon parcours montre qu’il faut avoir plusieurs cordes à son arc. La variation de mes missions et des actions que j’ai eu à conduire dans ma carrière ont contribués à bonifier mon curriculum vitae. Pour conclure, je dirais que mon cheminement est caractérisé par une adaptation constante.



Quelle a été votre expérience la plus difficile et cela a-t-elle changé votre état d'esprit ?


Mon expérience la plus difficile a été mon deuxième poste au sein d’une banque, en effet le poste était destiné à un profil purement financier et moi j’ai postulé et au final j’ai été choisi alors que rien ne me disait que j’allais avoir le poste. Il fallait développer une capacité d’adaptation sans pareil. Ce changement de cap m’a permis de forger mon état d’esprit. Vous comprenez qu’il m’a fallu travailler deux fois plus pour me mettre au niveau de mes collègues. Mais force est de reconnaitre que j’ai eu des collègues exceptionnels, des managers compréhensibles qui ont facilités mon adaptation et mon intégration à l’équipe. Comme je le signifiais plus haut cette pluralité d’expérience m’a permis de développer des compétences exceptionnelles.



Quand vous êtes surpris par un contexte inhabituel ou incertain, qu'en pensez-vous ?


Je mets sa sur le compte des changements qui peuvent arriver dans la carrière et je cherche tout de suite à m’adapter. Les contextes inhabituels sont récurrents en entreprise en général et en cours de carrière en particulier. Le plus important n’est pas d’être surpris, le plus important c’est de pouvoir faire face quand ce contexte se présente à nous. En règle générale, les expériences liées à notre parcours forgent notre mental pour affronter ces contextes inhabituels, il suffit de se servir des leçons tirées au cours de ses expériences pour faire face et se surpasser.



Quel est le facteur clé de succès le plus important pour vous en fonction de votre expérience ?


J’insiste et je persiste, le facteur clé de réussite c’est la capacité constante d’adaptation, les contextes professionnels ne sont pas du tout pareils et cette faculté permet de comprendre les changements liés à l’entreprise et son environnement. Outre la capacité d’adaptation, il faut aussi savoir cultiver aussi l’intelligence émotionnelle, c’est aussi une faculté qui permet de réussir son expérience professionnelle, et mieux à mon sens un facteur non négligeable de succès en société.



Quel serait l'écueil majeur qui pourrait nuire à la réussite d'un leader ?


Le charisme et l’humilité sont un ensemble de comportements qu’un leader doit avoir, ces qualités donnent envie à tout le monde d’écouter et de se dépasser. Un leader coordonne efficacement les membres de sa « team » pour qu’ils accomplissent leurs tâches de manière performante, mais si certains sont des leaders naturels, d’autres en revanche ont besoin de développer leur leadership, leur charisme pour exceller.

Pour moi l’écueil majeur qui pourrait nuire à la réussite d’un leader serait de :

  • Ne pas se faire comprendre par ses équipes

  • Ne pas être humble

  • Ne pas être proche de ses équipes

  • Ne pas communiquer clairement sur sa vision et ses objectifs

  • Ne pas au fait des changements majeurs de l’entreprise

  • Ne pas être visionnaire

Une leader est un similaire à un capitaine d’équipe, il est celui qui impulse la dynamique au sein de l’équipe et veille au rayonnement de l’équipe. En clair il doit être capable de tirer toute l’équipe vers le haut.



Quelles sont les pratiques managériales que vous considérez prioritaires à développer ou à renforcer ?


Impliquer, motiver et fédérer, ces trois verbes constituent pour moi le guide pour un bon manager ! Ils résument parfaitement les bonnes pratiques managériales. En outre, la communication aussi est une pratique à améliorer et à développer en permanence, c’est le pont entre le manager et ses équipes.


Impliquer : Définir clairement le cap et faire suivre les équipes


Motiver : Mettre en permanence son équipe en confiance, lui transmettre des valeurs qui s’articulent autour de l’esprit d’équipe, la culture de l’excellence et la recherche constante du mérite.


Fédérer : Faire adhérer les équipes à la vision définie et aux objectifs assignés


Communiquer : La mise en place d’une communication régulière et maîtrisée fait partie des bonnes pratiques managériales. La réunion hebdomadaire du lundi matin ou du vendredi après-midi est essentielle ; elle permet de faire un bilan sur l’avancée des actions, de détecter les éventuels problèmes dans la « team » ou d’identifier des contraintes. Rebooster les équipes et de donner l’élan pour la semaine à venir c’est l’objectif de ses réunions stratégiques.


86 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
bottom of page