top of page

Q&R avec Jean Pierre Thumba

Dernière mise à jour : 24 juil. 2023

Q&R Exclusif de Trusted Magazine avec Jean Pierre Thumba, CEO @ Expatman

Comment pourriez-vous décrire votre cheminement de carrière en quelques mots ?


J’ai débuté comme « protocol officer » dans le bureau de voyage de la société SBS, avant de progresser et de gravir les échelons. J’ai ainsi obtenu le poste de « visa officer » au sein de la société The Icon Group, sur le site minier de Mutandamining. Grâce à un travail de tous les instants et une démarche rigoureuse, j’ai pu réduire les risques liés aux séjours des expatriés travaillant sur cette mine en RDC. C’est pourquoi une des sociétés du groupe Glencore a alors sollicité mes services pour accomplir la même mission.

Fort de cette expérience, je me suis ainsi retrouvé comme « Manager de l’équipe Visa » au sein du département juridique de Kamoto Copper Company. J’ai largement contribué à la montée en puissance de mon équipe au sein de cette société, en travaillant notamment sur les visas, cartes de travail et cartes de résident. En voyant ces avancées, le groupe Glencore décide alors de créer une société du nom de MKS, afin de me confier la même mission pour le compte des entreprises Mutanda Mining et KCC, deux filiales du groupe Glencore basées en RDC. J’ai travaillé ainsi comme « Group Visa Coordinateur » pour MKS, avant d’occuper le même poste au sein de Glencore DRC.

À l’arrivée du nouveau Directeur de la DGM en 2019, nous travaillerons avec mes équipes sur une proposition de mise en place d’un système de visa électronique. Mon objectif était de mettre en place de bonnes pratiques, afin de faciliter son octroi et de raccourcir le délai de délivrance du visa volant ordinaire. Le souci de numérisation de la DGM, porté par son nouveau Directeur Général, a permis de valider rapidement notre approche. La promesse était telle que le Chef de l’État de la RDC, nouvellement élu, a soutenu le projet, en en faisant mention dans un de ses discours lors du forum numérique. Quelques mois plus tard, le visa électronique devenait une réalité et à ce jour, ce projet reste l’une des réussites les plus concrètes sur le plan numérique depuis l’indépendance de la RDC. Il m’a ainsi permis de rejoindre le cabinet du Directeur Général de la DGM comme consultant, où j’ai été chargé du travail et de la réflexion sur les prochaines innovations.

Pour des raisons personnelles, je quitte Glencore DRC en 2021 et je crée alors la Société Expatman Sarlu. J’y travaille actuellement comme Directeur Général, en manageant une jeune équipe, à la fois motivée et talentueuse. Notre objectif est d’offrir à nos clients un service global, sécurisé et performant en matière de séjour des étrangers, tout en proposant des solutions simples, basées sur des bonnes pratiques de conformité et d’efficacité.


Quelle a été votre expérience la plus difficile et cela a-t-elle changé votre état d'esprit ?


Le style de leadership que l'on utilisait jadis était le style dit «Directif », après le désengagement des meneurs, nous étions soumis à l'impératif de changer de style et adopter le style dit :"chef de fil". Par rapport au premier style, ceci permet au leader de présenter son rêve et son projet à l'équipe. Ce style nous a permis de donner le pourquoi, le sens et la vision, alors que les collaborateurs s'occupent de comment. Par rapport au premier style de leadership, qui nous surchargeait nous avons constaté que le style "chef de fil " nous a permis d'économiser l’énergie comme MARTIN LUTHER KING qui dit:"Yes we can" alors que en amont il a dit "I've got a dream". C'est son rêve personnel, mais la mise en application est collective...Eu égard de ce qui précède, la bonne façon de se relever après une mauvaise expérience, c'est de changer son style de leadership.


Quand vous êtes surpris par un contexte inhabituel ou incertain, qu'en pensez-vous ?


En temps de crise je ne trône pas au sommet de la pyramide décisionnelle, j'applique la politique managériale de crise prôné par Thierry Pauchant, professeur titulaire au Département de management de HEC Montréal. Pour lui, la meilleure formule réside plutôt dans la cellule de crise : « Composée de personnes provenant de plusieurs horizons, elle donne la diversité de points de vue nécessaire pour pouvoir prendre des décisions éclairées ».

Une fois que la cellule a analysé la situation et proposé des solutions, j’interviens pour trancher et pour choisir la direction à prendre.

A chaque situation imprévisible où incertaine, je fais recours à des experts que j'appelle consultants, puis j'analyse leurs hypothèses en suite je fais la symbiose entre ce que me donne mon équipe pour crée un tout logique.

Ceci étant la situation imprévisible trouve déjà son médicament.


Quel est le facteur clé de succès le plus important pour vous en fonction de votre expérience ?


La vision est un pivot des activités des entreprises qui se démarquent. Plusieurs paramètres démontrent que lorsqu’elle est bien conçue et communiquée, la vision peut contribuer à engendrer dans l’entreprise une orientation unique et spécifique. Par ailleurs, le processus d’élaboration de la vision peut représenter en soi un important facteur de mobilisation des différents acteurs organisationnels. En fait, nombre d’études associent la présence d’une vision partagée dans l’entreprise à différents indices de performance organisationnelle.


187 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
Veuillez choisir vos préférences pour la langue des articles

Merci pour votre inscription à notre newsletter !

© 2023 Trusted Magazine (by Trusted Advisors Group)

Inscrivez-vous pour recevoir nos articles en avant première

bottom of page