top of page

Q&R avec Sivi Malukisa

Dernière mise à jour : 24 juil. 2023

Q&R Exclusif de Trusted Magazine avec Sivi Malukisa, Chief Executive Officer @MANITECH CONGO sasu


Comment pourriez-vous décrire votre parcours professionnel en quelques mots ?


Atypique. (rire) j’ai un diplôme de licences en Biologie Moléculaire de l’Université de Kinshasa, j’ai commencé ma carrières comme secrétaire de direction dans une toute petite agence de placement, puis Assistante Personnelle pour finir par occuper des postes en top Management notamment comme Directrice des Ressources Humaines, sans compté les 100autres métiers que j’ai pratiqué par ci par là pour vivre d’abord, puis finalement pour juste exister et m’affirmer dans différentes industries. En générale je suis du genre créatif, je me suis toujours dis que s’il le fallait, je piloterais un avion. S’il y a une chose dont je puis être fière concernant ma carrière, ça été la capacité de sortir du néant, et d’avoir eu une belle carrière et cela malgré les paroles et prédictions négatives que plusieurs personnes, dont parfois les membres de ma famille, ne cessaient de m’entourer. Cela peut faire clicher de le dire, mais ça demande vraiment de la bravoure que d’aller à l’encontre de ce que « tout le monde » pense. J’étais un peu catégorisée dans la case des « working ladies qui n’ont rien d’autre que le travail et finissent seules ».

Aujourd’hui, de mon fauteuil de DG, je regarde derrière et j’apprécie chaque expérience, chaque opportunité d’apprentissage et de développement personnelle. J’ai réussi à défier et démentir les prédictions et non seulement j’ai eu la carrière, mais je me suis mariée et ai eu des enfants dans la foulée. Je suis si heureuse d’avoir embrassé des défis qui, finalement, ont façonné ma façon de vivre et aujourd’hui, celles-ci constituent ma force.

Quelle a été votre expérience la plus difficile et qui a changé votre état d'esprit ?


De tout ce que j’ai vécu dans ma petite vie, le plus dur a été de tout perdre du jour au lendemain, escroqué par un ami presque un frère, aux vues et aux sus de toute ma communauté, sachant que cette personne n’est ni de ma race, ni de ma nationalité.

Cette expérience a été très dure à vivre pour ma famille. Lorsqu’on est une épouse, une mère, une belle fille en plus d’être entrepreneure ; c’est extrêmement éprouvant. On se rend compte que nous ne sommes pas tous égaux dans la société : plus vous êtes sombre, plus la couleur de la peau vous condamne quand bien même vous êtes la victime ; Que les femmes n’ont pas toujours le droit de s’exprimer et pire, que c’est celui qui tien l’argent qui a raison, quand bien même ce serais le voleur ; Que très peu viendrons a votre secours (heureusement que les bons samaritains existent) et qu’il faudra se battre parfois seule contre un monstre a tentacule (j’exagère, rire). Bref, la vie est un vrai combat et je l’ai appris de la pire façon.

Aujourd’hui je vois le monde en générale et le monde du business en particulier de manière très différente. Puisqu’il fallait survivre et faire vivre une société mourante, j’ai découvert en moi des ressources et talent insoupçonnée mais également je me suis aussi rendu compte de mes faiblesses ignorées.

Cette expérience m’a transformée de manière radicale.

Lorsque vous êtes surpris par un contexte inhabituel ou incertain, que pensez-vous ?


Nous vivons dans un environnement incertain. Le monde bouge à une vitesse incroyable et la modernité nous impose des nouveautés pratiquement chaque jour. La norme devient de prévoir l’exception en sachant que presque tout est exceptionnel. Ce n’est pas évident de devoir revoir ses plans à tout moment, mais c’est l’attitude à avoir : toujours être prêt à revoir, re ajuster, et au besoin recommencer.

Heureusement que j’ai appris très tôt à naviguer dans l’incertain, je prends toujours une attitude de re focus et reconsidérer les plans.

En générale je me fixe des objectifs fixes sans prévoir de plan B et je reste focus dessus. Ensuite, je retrace la stratégie en fonction des évènements et des situations sans perdre de vue l’objectif principal, j’essaie de prédire le prochain mouvement mais je laisse une grande porte ouverte à l’inconnus. C’est risqué, mais je vous promets que ça m’a permis de survivre à des situations inimaginables et mieux, à croitre dans tous les aspects de ma vie malgré l’adversité. C’est ainsi que ma société MANITECH CONGO sasu a réussi à survivre à tous les vents et marée qui nous ont parfois pris par surprise.

Ça peut sembler compliqué mais quand on en fait un mode de vie, ca coule de source.

D'après votre expérience, quel est le facteur clé de succès pour une femme entrepreneur dans un contexte interculturel ?


Sans hésiter, je dirais que c’est l’ouverture d’esprit sur le monde moderne sans compromettre sur les valeurs de sa culture originelle.

Dans un contexte de globalisation, l’identité culturelle constitue un des piliers de la personnalité de chaque individu. Pilier qui se repose sur l’histoire, pilier qui représente l’âme d’un peuple, pilier qui inspire toute créativité et qui finalement constitue le socle ou la base qui influence toutes les activités humaines.

Pour les femmes, à la base gardiennes et transmettrices des valeurs- culturelles de leurs peuples, le challenge réside dans la capacité de maintenir les éléments clés de la tradition faces aux influences diverses conséquences de la globalisation et de la rapidité du transfert des informations.

A mon avis, les femmes entrepreneurs/ Leader réussissent doublement lorsqu’elles arrivent à créer de la valeur dans une sphère internationale tout en gardant et en faisant la promotion des valeurs originelle de leurs peuples. Qu’importe le domaine dans lequel elles évoluent.

Je suis même tentée de croire, et ceci est vraiment mon point de vue personnel, que les femmes dessinent le monde du futur pour leurs communautés. En tant que gardiennes et transmettrices des traditions, leurs actions impactent directement les générations futures qui s’inspirent naturellement des générations précédentes. Ainsi, elles peuvent soit promouvoir leurs cultures, soit l’annihiler si elles adoptent d’autres cultures.

De l’autre côté, nous remarquons que dans un contexte générale de globalisation, les individus qui tendent produire sur une version moderne de leurs traditions, sont perçus comme étant plus originales que les autres et ont tendance à avoir plus de succès.

Selon vous, quel est le facteur clé de succès pour une femme leader / manager ?


Je pense que l’ultime facteur de succès c’est la résilience, sa capacité à endurer les situations difficiles, le poids de a familles, affronter les préjugés, apprendre à vivre et à réussir dans un « monde d’homme ».

Voyez-vous, le monde professionnel n’est toujours pas prêt pour la femme travailleuse. Entre les adeptes de « la place de la femme c’est dans la cuisines » et les supers féministes qui réclament à cor et a cris l’égalité des genres, on vit constamment dans une société où la femme s’évertue à prouver qu’elle est capable. Ces combats perpétuels rendent finalement la tâche difficile à toutes les femmes leader qui doivent déployer des efforts surhumains pour s’affermir.

A mon humble avis, et en accord avec Marilyn Monroe ou Vincent Cespedes, la femme qui cherche à être l’égale d’un homme manque d’ambition. Lorsqu’on a les supers pouvoirs d’une femme, dont la résilience, on ne peut pas chercher à être autre chose. De l’autre côté, il est terriblement absurde de confiner les femmes à des rôles dérisoires juste en assumant que le genre féminin serait incapable d’accomplir les mêmes exploits que le masculin pour que finalement cela pousse les femmes à déployer encore plus d’effort pour s’affermir et donc faire montre de résilience.

On ne peut pas vraiment parler de la femme sans évoquer son rôle dans la famille – ce qui rajoute encore un petit poids, certes plaisant mais poids quand même, à l’existence déjà difficile et compliquée de ces dames. D’où, la résilience, encore une fois, est le facteur déterminant pour le succès de la femme.

13 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
bottom of page